Dark Academy


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des retrouvailles non voulues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Dim 12 Fév - 9:13

Il nous transporta, je ne savais comment, un pouvoir certainement, dans la chambre d'hôtel que j'avais à Londres à l'époque de notre rencontre. La première. Une chose différait de ce que nous avions dans le temps : nos vetements sur le dos. J'ignorais s'il pensait à la même chose que moi mais j'étais pratiquement prête à mettre ma main à couper pour le savoir. De toute évidence elle se reformerait ou se ressouderait, ce ne serrait pas bien grave.

F : Ne me dit pas que tu ne sais pas comment j’ai fait ? J’ai eut le temps d’apprendre que les pouvoirs que nous avons sont une sorte d’héritage de nos chers créateurs, donc tu dois savoir ce que j’ai, vu que je dois être comme toi.

A : Je suis désolée de te décevoir mais tu n'es pas comme moi. En tout cas pas sur ce pouvoir que tu as. Je n'en possède qu'un seul et il m'a toujours paru être le meilleur : je peux hypnotiser tout le monde ! Sauf toi sur qui cela ne tiens pas plus de quelques minutes d'affilées. Voilà pourquoi tu m'as toujours échappé ! confiai-je.

Il ne m'avait rien répondu au sujet de la photo du journal, celle certainement truquée, jusqu'à présent.

F : Aure… La photo, elle n’est pas truquée. Ce que tu as vu, c’est bien moi… Avec ma compagne.

A : Quoi ?

Quoi ?répétais-je dans ma tête. Comment... mais je n'avais pas de soeur jumelle ou je ne sais quoi d'autre de tordu. Et si Liam était lié à cette histoire ! Avec ses "potions" magiques et envoûtantes il aurait pu crée n'importe quoi pour me nuire. Une jumelle ! Non mais il ne me manquait plus que cela. Moi qui détestais profondément tout ce qui ressemblait à une famille ( sauf celle que nous avions crée avec Liam et notre fille Aurore) ! Aurore ?songeais-je soudain.

A : Aurore ? répétais-je encore mes mots. Tu veux dire que ta "petite amie" , Aurore, me ressemble comme deux goûtes d'eau ? Mais... Mais alors pourquoi elle et pourquoi pas moi ?

Cette dernière question n'était pas celle que j'avais prévu de poser au départ. Je voulais lui dire qu'elle était ma fille, forcement. Il ne pouvait pas y avoir d'autre explication. Mais pourquoi dans ce cas là elle me ressemblait autant ? Je veux dire, j'ai vu la photo et bien qu'elle était dans le noir, les cheveux mouillés et dans les bras de l'homme que j'aime depuis quasiment toujours, elle était moi ou bien j'étais elle ! Quelle confusion insolite !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Dim 12 Fév - 22:01

A : Je suis désolée de te décevoir mais tu n'es pas comme moi. En tout cas pas sur ce pouvoir que tu as. Je n'en possède qu'un seul et il m'a toujours paru être le meilleur : je peux hypnotiser tout le monde ! Sauf toi sur qui cela ne tiens pas plus de quelques minutes d'affilées. Voilà pourquoi tu m'as toujours échappé !

J'étais perplexe, oui, c'était le mot, comment? Elle n'avait pas les mêmes pouvoirs que moi? Pourtant nous devrions en avoir au moins un ou deux d'identiques, alors comment cela se faisait? Je gardais mes réflexions pour moi et finalement lui avoua que sur la photo, celle qui trônait royalement sur la plupart des journaux était bien mon ange et moi, pas une quelconque photo truquée. La réaction ne se fit pas attendre pour le moment.

A : Quoi ?

Oui, son visage reflétait de l'incompréhension, mais aussi autre chose et je ne savais pas quoi, je ne voyais pas quoi, d'où cela pouvait provenir, il y avait une recherche d'une réponse, mais je ne saisissais pas sa réaction en totalité.

A : Aurore ? Tu veux dire que ta "petite amie" , Aurore, me ressemble comme deux goûtes d'eau ? Mais... Mais alors pourquoi elle et pourquoi pas moi ?

Je m'assis sur le lit tellement je ne m'attendais pas du tout à cette question. Comment pouvait-elle parler ainsi? Pourquoi elle et pas elle? Non, mais elle avait un problème de vue? Oui, elles se ressemblaient beaucoup, mais Aurore était une femme dans toute sa splendeur qui n'avait pas besoin d'user d'artifices, qui ne cherchait jamais à soudoyer les autres. Elle restait elle-même et c'était parfait pour moi.

F : Pourquoi elle? Mais tout simplement parce qu'elle est la bonté même! Elle est parfaite dans le sens où elle n'impose pas sa loi! Elle est douce, attentionnée, à un grand cœur et elle m'aime, tout autant que je l'aime. Ses yeux reflètent toute la gentillesse qu'il y a en elle et bien plus encore. Lorsque je suis à ses cotés, je n'ai pas envie de la fuir comme toi, elle m'apporte une paix intérieur, une plénitude qui fait que jamais se ne sera toi. Ce n'est pas le physique qui compte, mais l'âme et son âme est merveilleuse, elle n'est pas noircie par je ne sais quel sentiment!

Je n'avais pas envie de lui en parler, mais il avait fallu qu'elle pose cette question en pure égoïste qu'elle était. Je ne la connaissait pas plus que cela et plus j'en apprenais sur elle et plus j'avais de moins en moins envie de la côtoyer. J'avais voulu lui donner une chance, une infime chance et je n'aurais pas dû. Je restais assis sur ce lit, celui qui n'avait pas vu autre chose que ma transformation, après, elle n'avait pas eut ce qu'elle voulait, mais j'avais eut la soif qui m'avait poursuivi jusqu'à ce qu'un homme meurt. Je me demandais bien si elle savait que j'allais faire cela à mon réveil et relevais la tête pour le lui demander.

F : J'ai peut-être un don qui bloque le tien, je ne sais pas, mais savais-tu qu'en sortant d'ici je risquais de tuer un homme?
Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Jeu 16 Fév - 16:31

Franck semblait déconfit par ce que je venais de dire. Je ne voulais pas dire "pourquoi elle et pas moi ?" ! Ce n'était pas mon intention première mais ma bouche avait prononcé des mots auquel je ne m'attendais pas vraiment. Je voulais lui dire, lui dire que sa petite amie n'était rien d'autre que ma fille. Je ne pouvais pas concevoir une autre solution que celle-ci. Il me fallait la rencontrer absolument. J'étais un monstre de femme, humaine et vampire mais j'étais mère et personne, sils étaient encore en vie, ne pourraient dire que je n'aimais pas ma fille Aurore. Durant cinq années elle fut la personne la plus importante à mes yeux, bien plus que ne l'était Liam à cette époque et bien plus que Franck même aujourd'hui.

F : Pourquoi elle? Mais tout simplement parce qu'elle est la bonté même! Elle est parfaite dans le sens où elle n'impose pas sa loi! Elle est douce, attentionnée, à un grand cœur et elle m'aime, tout autant que je l'aime. Ses yeux reflètent toute la gentillesse qu'il y a en elle et bien plus encore. Lorsque je suis à ses cotés, je n'ai pas envie de la fuir comme toi, elle m'apporte une paix intérieur, une plénitude qui fait que jamais se ne sera toi. Ce n'est pas le physique qui compte, mais l'âme et son âme est merveilleuse, elle n'est pas noircie par je ne sais quel sentiment!

Il s'assit soudain sur le lit. Je n'étais pas fâchée ou énervée de ce qu'il venait de dire. Je n'étais pas non plus jalouse.

A : Tu en parles comme si c'était un ange. Est-ce le cas à tes yeux ? demandais avec une voix si douce que je me surpris moi-même.

Concernant nos dons, il était évident qu'il n'allait pas tarder à avoir le même que le mien autrement quel était ce lien entre nous ! Je me le demandais. Il ne pouvait pas me voir, il ne m'aimait pas, nous n'avions auncun pouvoirs en commun du moins pour l'instant. Je ne voyais pas ce qui pouvait me ralier autant à lui dans ce sens là. À moins que ce ne soit moi qui acquière un nouveau pouvoir l'un des siens, si je n'étais pas déjà trop vieille pour ce genre de chose.

F : J'ai peut-être un don qui bloque le tien, je ne sais pas, mais savais-tu qu'en sortant d'ici je risquais de tuer un homme?

A : Que tu risquais de tuer un homme ? Tu veux que je te dises ce que je pensais qu'il arriverait ? À ton réveil tu n'aurais rien vu d'autre que mon visage, les rideaux fermés au petit matin pour ne pas que le soleil t'agresse dès tes premières minutes de vie éternelle. Toi sur le dos, moi sur toi à califourchon te souriant en attendant que tu prennes conscience de ce qu'il t'arrivait. Te relevant légèrement et m'embrassant me caressant doucement le visage en m'observan tendrement. Je T'aurais montré de quoi tu étais capable avec tes nouvelles aptitudes et tes pouvoirs qui grandiraient de jour en jour. Nous aurions formé un couple parfait où tout le monde après notre passage en serrait tombé raide. Je T'aurais alors montré comment te nourrir sans tuer des humains, su c'est que tu désirais. Une pause. Mais au lieu de cela, tu as pris peur en me voyant, en te sentant différent et tu es partis, tu m'as laissée et j'ai été contrainte de te retrouver à chaque fois. Crois-moi je n'ai pas passé les meilleurs années de ma vie en te pourchassant. J'aurais préférer une autre destiné pour nous mais tu ne m'as pas laissé le choix. Je n'aime pas que l'on me résiste, certes, mais sans parler de cela je ne comprends toujours pas pourquoi tu t'es enfuis. Alors pour répondre à ta derniere question : oui, je savais qu'en passant cette porte tu tuerais quelqu'un. Mais je n'ai rien pu faire, j'aurais voulu t'apprendre les choses mais tu ne m'en as pas laissé le temps. Je ne te blâme pas non plus la dessus parce que je n'ai pas laissé le temps à mon créateur de m'expliquer les choses qu'il me fallait savoir ! Je me suis enfuis aussi !

Une chose que je ne faisais jamais, pas sans tuer ou hypnotiser la personne ensuite, était de me révéler de cette manière. Et je n'arrivais pas à croire que la personne à qui je confiais tout ceci était bel et bien Franck.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Dim 19 Fév - 0:02


Jalouse ? Peut-être, mais comment le savoir ? Elle voulait savoir comment je voyais Aurore, ma compagne, mais elle ne pourrait pas comprendre, ou si peu… Mais je me lâchais, pour la première fois de ma vie je lui disais ce que j’avais sur le cœur que cela lui plaise ou non. Assis sur ce lit, je me demandais ce qu’elle aurait voulu y faire à une époque, mais je le savais maintenant, sauf qu’elle ne m’avait pas eut et qu’elle ne m’aurait jamais. A moins d’être drogué, je ne voyais pas comment elle pourrait coucher avec moi.

A : Tu en parles comme si c'était un ange. Est-ce le cas à tes yeux ?

F : Oui, c’est mon ange et tu n’as aucun intérêt à vouloir t’en prendre à elle, je préférerais mourir, plutôt que tu la touches !

Il n’y avait aucun ressentiment, ni de colère, c’était juste une constatation, si quelqu’un osait venir la toucher, je serais en travers de son chemin. Elle s’étonnait que nous n’ayons pas les mêmes dons, tout du moins un en commun, mais qu’est-ce que j’en savais ? Et puis cet homme qui me hantait, je devais lui demander et le fit.

A : Que tu risquais de tuer un homme ? Tu veux que je te dise ce que je pensais qu'il arriverait ? À ton réveil tu n'aurais rien vu d'autre que mon visage, les rideaux fermés au petit matin pour ne pas que le soleil t'agresse dès tes premières minutes de vie éternelle. Toi sur le dos, moi sur toi à califourchon te souriant en attendant que tu prennes conscience de ce qui t'arrivait. Te relevant légèrement et m'embrassant me caressant doucement le visage en m'observant tendrement. Je t'aurais montré de quoi tu étais capable avec tes nouvelles aptitudes et tes pouvoirs qui grandiraient de jour en jour. Nous aurions formé un couple parfait où tout le monde après notre passage en serrait tombé raide. Je T'aurais alors montré comment te nourrir sans tuer des humains, su c'est que tu désirais.

Elle devait être inconsciente, ou je ne savais pas ce qui avait pu se produire dans sa tête, mais comment pouvait-elle croire que tout homme normalement constitué allait rester dans ses bras, alors qu’elle venait de vous attaquer ? Ce n’est pas parce qu’elle était nue et que son corps soit désirable, qu’elle pouvait tout se permettre ! En tout cas, pas avec moi, cela ne marchait pas.

A : Mais au lieu de cela, tu as pris peur en me voyant, en te sentant différent et tu es parti, tu m'as laissée et j'ai été contrainte de te retrouver à chaque fois. Crois-moi je n'ai pas passé les meilleurs années de ma vie en te pourchassant. J'aurais préféré une autre destinée pour nous mais tu ne m'as pas laissé le choix. Je n'aime pas que l'on me résiste, certes, mais sans parler de cela je ne comprends toujours pas pourquoi tu t'es enfuis. Alors pour répondre à ta dernière question : oui, je savais qu'en passant cette porte tu tuerais quelqu'un. Mais je n'ai rien pu faire, j'aurais voulu t'apprendre les choses mais tu ne m'en as pas laissé le temps. Je ne te blâme pas non plus là-dessus parce que je n'ai pas laissé le temps à mon créateur de m'expliquer les choses qu'il me fallait savoir ! Je me suis enfuie aussi !

Mais bien sur, elle voulait me faire croire qu’elle était innocente aussi ?

F : Tu crois sincèrement que j’ai passé de très bonnes années à te fuir sans cesse ? Je pensais que tu avais compris que je ne voulais pas de toi, mais tu revenais, inlassablement là où j’étais ! Et si je suis parti, c’est que d’une part tu m’as attaqué, dans cette chambre. Tu crois peut être que m’emmener dans le luxe me ferait fléchir ? Tu crois peut-être parce que tu es une belle femme tu peux tout avoir en papillonnant de tes yeux ? Ce n’est pas comme cela que ça marche. Tu sais ce que j’ai vu lorsque je me suis réveillé à part le fait que tu été nue ? J’ai vu une femme prête à tout pour m’avoir, pour violer un homme ! Et le pire dans tout cela c’est qu’un homme est mort de ma main, non de mes crocs ! Et toi… Toi tu, tu as osé me transformer ainsi ? D’accord, j’admets que si tu ne l’avais pas fait je n’aurais pas rencontré ma compagne de maintenant, mais je n’aurais pas subi autant de solitude. Je…

Je me pris la tête entre les mains, pourquoi mon esprit avait crée cet endroit de toute pièce ? M’avait-elle induite en erreur ? C’était étrange tout de même, nous étions tous à la recherche de quelque chose, enfin plutôt quelqu’un, Elle, Liam, moi… En fait, c’était un perpétuel recommencement, régulier et incohérent à la fois, nous cherchions tous, nous courions tous après un bonheur qui n’arrivait pas forcément.

Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Lun 20 Fév - 13:56

J'étais encore sous le choc à l'intérieur de moi. Ne montrant rien bien entendu. Je ne pouvais pas imaginer que cette femme qu'il aimé était autre que ma fille. Pouvais-je lui demander directemen ce qu'elle était ? Ou bien finirait-il par me le dire de lui-même ? Je n'en sAvais trop rien.

Lorsqu'il parlait d'elle tout semblait être fait de magie, d'amour à l'eau de rose... Quelque chose que j'avais avec Liam mais que j'avais perdu. C'était cette exacte chose là que je voulais reproduire avec Franck dès le début. Loin mon idée d'en faire ma chose ou mon objet. Pour ce fait j'avais des familiers quand je le désirais. Elle était tout pour lui, je le voyais bien. Je n'étais rien pour lui et le fait qu'il parle d'elle de cette manière ne faisait qu'accroître mes suppositions : il ne l'aimait pas et ne m'aimerait jamais. Au plus profond de moi je l'avais toujours sus ! Mais alors pourquoi lui avoir causé autant de tort ? Pourquoi l'avoir empêché de vivre sa vie sans aucune ingérence de ma part ? Pourquoi l'avoir transformé ? Pourquoi ne pas avoir fait comme si je n'avais jamais existé ? Tant de questions qui me rendaient parfois encore plus dingue que je ne l'étais déjà.

Lorsque je lui demandais si elle représentait un ange à ses yeux, je fus surprise de sa réaction tout en ne l'étant pas ! Surprise car mon ton s'était très largement radoucit surtout par rapport au sien en me répondant, et pas surprise du tout qu'il prenne sa décence de cette manière là !

F : Oui, c’est mon ange et tu n’as aucun intérêt à vouloir t’en prendre à elle, je préférerais mourir, plutôt que tu la touches !

A : Ne vas donc pas te faire mal inutilement. Si je voulais lui faire du mal, surtout en sachant le visage qu'elle a et puis l'odeur aussi que je sens sur toi, je l'aurais déjà fai crois-moi ! Calmes-toi je t'en pris. Une pause. Tu penses vraiment que je suis un monstre ! Tu as certainement raison. Mais j'essaie d'être meilleure pour les autres qui m'entourent, pour moi-même aussi, car un jour cela risque de me tuer. Bien entendu tu attends que ça, que je meurs définitivement ! Je peux le comprendre.

J'étais soudain très logique dans mes mots et je comprenais parfaitemen qu'il m'en veuille. Pourrait-il seulement tenter de me pardonner ?

F : Tu crois sincèrement que j’ai passé de très bonnes années à te fuir sans cesse ? Je pensais que tu avais compris que je ne voulais pas de toi, mais tu revenais, inlassablement là où j’étais ! Et si je suis parti, c’est que d’une part tu m’as attaqué, dans cette chambre. Tu crois peut être que m’emmener dans le luxe me ferait fléchir ? Tu crois peut-être parce que tu es une belle femme tu peux tout avoir en papillonnant de tes yeux ? Ce n’est pas comme cela que ça marche. Tu sais ce que j’ai vu lorsque je me suis réveillé à part le fait que tu été nue ? J’ai vu une femme prête à tout pour m’avoir, pour violer un
homme ! Et le pire dans tout cela c’est qu’un homme est mort de ma main, non de mes crocs ! Et toi… Toi tu, tu as osé me transformer ainsi ? D’accord, j’admets que si tu ne l’avais pas fait je n’aurais pas rencontré ma compagne de maintenant, mais je n’aurais pas subi autant de solitude. Je…


A : Violer un homme, toi ? Tu plaisante si j'avais voulu le faire je l'aurais fait. J'en étais largement capable et pourtant je peux te promettre qu'à part quelques baisers et caresses volés je ne t'ai rien fait.

Pour quelles raisons continuait-il à monter le ton ? Je faisais tout pour rester calme, non parce que je craignais sa colère mais plutôt parce que je ne voulais pas que cela dégénère. Ce n'était absolument pas mon but. Il faisait peut-être exprès pour voir jusqu'où je pouvais tenir ! Et bien qu'il mette le paquet car je ne comptais pas céder à mes mauvaises pulsions. Sauf s'il tentait de m'embrasser mais cela n'arriverait jamais j'avais bien compris.

A : Franck, cesse ta colère contre moi. S'il te plait ! Dis-moi quoi faire pour être à la hauteur de tes espérances ! Et je ne dis pas ça pour te récupérer. J'ai bien compris que tu ne serrais jamais à moi, pas même un cours instant !

Il prit sa tête entre ses mains semblant regretter tant de choses alors que j'étais la seule responsable à son mal-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Mar 21 Fév - 21:12


Elle ne semblait pas comprendre que je ne l’aimais pas, j’avais eut une attirance physique pour elle, c’était plus que certains, mais ce n’était pas un corps qui m’attirait, même si celui d’Aurore me paraissait semblable maintenant que je faisais une comparaison des deux. Qui était-elle vraiment ? je commençais à me poser des questions sur deux femmes qui sont nés à plusieurs centaines d’années l’une de l’autre, mais qui était presque identiques…

A : Ne vas donc pas te faire mal inutilement. Si je voulais lui faire du mal, surtout en sachant le visage qu'elle a et puis l'odeur aussi que je sens sur toi, je l'aurais déjà fait crois-moi ! Calmes-toi je t'en pris. Tu penses vraiment que je suis un monstre ! Tu as certainement raison. Mais j'essaie d'être meilleure pour les autres qui m'entourent, pour moi-même aussi, car un jour cela risque de me tuer. Bien entendu tu attends que ça, que je meurs définitivement ! Je peux le comprendre.

F : Je ne compte pas me tuer, mais la défendre au besoin, maintenant… Je me demande si ce n’est pas toi qui à envoyé ce vampire pour la tuer… Mais je ne le saurais jamais, il à été tué, par nos soins. Et arrête de me dire de me calmer, je SUIS calme, si tu veux me voir en colère, continue comme cela et tu verra de quoi je suis capable !

Elle osait me parler de ces années perdues et les miennes alors ? Nous n’arriverions jamais à rien, nous restions chacun campés sur nos positions et je ne me voyais pas faire un pas vers elle pour lui accorder ce pardon qu’elle demandait. Pas alors qu’elle était encore présente dans ma vie et moi… Qu’est-ce que j’allais dire à Aurore ? Tiens mon amour, je ne t’ais pas dit, ma créatrice me poursuit de ses assiduités depuis le premier jour où je me suis enfuie de ses bras, tu sais, nous n’avons jamais couché ensemble, mais elle est sans cesse sur mon dos ! Oh, mais oui, elle est en ville pour que je lui pardonne… Mais bien sur, elle allait croire cela, encore plus pathétique.

A : Violer un homme, toi ? Tu plaisante si j'avais voulu le faire je l'aurais fait. J'en étais largement capable et pourtant je peux te promettre qu'à part quelques baisers et caresses volés je ne t'ai rien fait.

F : Je le sais bien ! J’étais puceau et je l’étais jusqu’à il y à quelques mois ! JE TE DIS simplement ce que tu aurais pu faire Bon sang !

Elle m’énervait que j’avais une envie folle de lui taper dessus !

A : Franck, cesse ta colère contre moi. S'il te plait ! Dis-moi quoi faire pour être à la hauteur de tes espérances ! Et je ne dis pas ça pour te récupérer. J'ai bien compris que tu ne serais jamais à moi, pas même un cours instant !

Je n’en pouvais plus, elle ne pouvait pas se taire ? J’avais beau faire en sorte de ne pas entendre ses pensées, c’était une traitresse, j’avais besoin d’évacuer cette colère ou c’était elle qui allait payer !

F : Tais-toi ! Et surtout une fois rentré, laisses-moi tranquille! Laisse-nous tranquille ! Elle est fragile, Aurore était une humaine jusqu’à il n’y à pas si longtemps que cela, alors, laisses-nous en paix et ne reviens jamais me voir ! Alors peut-être que je croirais en ta bonne fois et peut-être que je te pardonnerais. Donnes-moi la main que nous repartions ! Je… J’ai besoin de partir loin d’ici !

Je lui tendis la main, attendant qu’elle la prenne pour retourner dans le théâtre. J’étais fatigué de tout cela, je me sentais las, il me fallait voir ailleurs, courir, voila la solution, j’avais besoin de courir quelque part et la forêt serait parfaite !


Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Ven 24 Fév - 20:20

Franck, mon Franck, enfin celui dont j'avais tant espéré qu'il soit mien, parlait d'une autre femme. Ce pouvait-elle réellement qu'elle soit identique à moi ? Ce pouvait-il qu'elle soit l'exact invers de moi ? Physiquement si proches, mentalement si éloignées ? J'avais du mal à percuter le lien qu'il pouvait y avoir entre nous deux. A part le fait qu'elle soit ma fille. J'avais été mère, pas très longtemps, seulement je l'avais porté neuf mois en moi et durant cinq ans je lui racontais des histoires le soir avant qu'elle ne s'endorme, je la changeais lorsque cela était nécessaire, la bordais aussi, lui apprenais à lire en même temps que j'apprenais par l'intermédiaire de son père, Liam. Mais alors comment Franck aurait-il pu tomber amoureux d'elle alors que je n'avais déjà pas de ses nouvelles depuis environ deux cent ans ? Et pourquoi elle, pourquoi pas une autre fille ? Cela était trop étrange et j'en avais su bien trop d'un seul coup bien que je désirais connaître la vérité sur toute mon histoire et tout ce qu s'y raliait.

F : Je ne compte pas me tuer, mais la défendre au besoin, maintenant… Je me demande si ce n’est pas toi qui à envoyé ce vampire pour la tuer… Mais je ne le saurais jamais, il à été tué, par nos soins. Et arrête de me dire de me calmer, je SUIS calme, si tu veux me voir en colère, continue comme cela et tu verra de quoi je suis capable !

A : Un vampire ? Ah non, ça non ! Je suis assez grande pour me débrouiller seule, je n'ai nullement besoin de ce genre de service. Un massage dans le dos, un familier humain oui, mais pas un combat. D'ailleurs il y a tellement longtemps que je ne me suis pas battue, mis à part l'autre jour où une fille que je connaissais à peine s'est faite zip, mimant une décapitation avec la main en guise de lame tranchante, je ne me suis pas battue ! Je l'aurais fait moi-même !

Pensait-il autant que je me servais de tout le monde comme si j'étais le nombril du monde ? J'étais bien assez grande et vieille pour me défendre seule, ou attaquer un vampire seule. Ce n'était de toute évidence pas moi qui avait envoyer un vampire, qui échou qui plus est, à leur trousse. Je ne savais même pas que j'allais tomber sur lui ce soir au théâtre. J'en fus d'ailleurs très étonnée.

Il était proche de moi à cet instant, faisant les cent pas devant moi, assise sur le lit. Alors qu'il passait juste devant moi, assez proche finalement, je ne pus m'empêcher de lui effleurer le bras en me levant. Je l'avais fait exprès j'avouais. Et soudain, ne sachant pourquoi mais je parvins à lire dans ses pensées, ou bien je le crus en tout cas. Cela y ressemblait bien pourtant !

Tiens mon amour, je ne t’ais pas dit, ma créatrice me poursuit de ses assiduités depuis le premier jour où je me suis enfuie de ses bras, tu sais, nous n’avons jamais couché ensemble, mais elle est sans cesse sur mon dos ! Oh, mais oui, elle est en ville pour que je lui pardonne…

Faisant comme si de rien étais, je déplaçai mon bras, faisant en sorte de ne plus le toucher du tout. Comme s'il avait réussi à me brûler, dans un geste vif je posais ma main gauche dans la droit et me rassis immédiatement. Si ce que j'avais perçu était vrai, il ne lui avait pas encore dit pour moi et notre ressemblance apparement frappante, si j'en crois la photo du magasine.

Je n'avais pu me résigner à le prendre de force durant sa transformation, j'aurais pu le faire si j'en avais eu envie. Je l'aurais peut-être fait en sachant qu'il me rejetterait en se réveillant, mais une chose était certaine, je ne l'avais pas fait.

F : Je le sais bien ! J’étais puceau et je l’étais jusqu’à il y à quelques mois ! JE TE DIS simplement ce que tu aurais pu faire Bon sang !

A : Il y a un tas de choses que j'aurais pu faire, un tas, aussi, que je n'aurais pas du faire ! avouai-je dans la foulée.

Je m'efforçais à parler lentement, sans monter le son sur n'imoorte quel sujet que nous parlions, et lui, il s'enervait d eplus en plus. Quoi faire pour qu'il se calme vraiment ?

F : Tais-toi ! Et surtout une fois rentré, laisses-moi tranquille! Laisse-nous tranquille ! Elle est fragile, Aurore était une humaine jusqu’à il n’y à pas si longtemps que cela, alors, laisses-nous en paix et ne reviens jamais me voir ! Alors peut-être que je croirais en ta bonne fois et peut-être que je te pardonnerais. Donnes-moi la main que nous repartions ! Je… J’ai besoin de partir loin d’ici !

A : Je...

Je ne savais pas quoi dire. Plus je tentais d'être gentille et plus il montait le son et voilà qu'il se mettait à me parler mal ! Il testait mes limites à être calme et serreine, j'en étais certaine. Et bien je ne perdrais pas à ce genre de comportement. Il ne parviendra pas à m'énerver, ni à faire en sorte que je lui saute dessus pour une raison ou pour une autre. Je pouvais me contenir, j'en étais persuadée. Je réussirai !

A : Aurore est vampire depuis peu ? Non, ce n'est pas possible ! Mais qui est-elle ?

Cela m'avait échappé. Je tentais de me calmer immédiatement.

A : Je suis désolée. Je ne t'embêterai pas, je vais essayer en tout cas, je te le promets. Bien que ma parole ne doit pas avoir d'importance à tes yeux... ajoutai-je à voix basse, plus pour moi-même en fin de compte, que pour lui.

Je ne discutais pas plus, prenant sa main dans laquelle je me sentis bien, ne voulant plus la lâcher !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Sam 25 Fév - 22:44

Elle croyait vraiment que je voulais me tuer ? Surement pas, alors que j’avais trouvé mon amour. Non, je la défendrais corps et âmes, ça c’était sur et certain, mais lorsque je lui parlais du vampire qui nous avait sauté dessus, je voyais bien à son visage, que non, ce n’était pas elle qui l’avais envoyé.

A : Un vampire ? Ah non, ça non ! Je suis assez grande pour me débrouiller seule, je n'ai nullement besoin de ce genre de service. Un massage dans le dos, un familier humain oui, mais pas un combat. D'ailleurs il y a tellement longtemps que je ne me suis pas battue, mis à part l'autre jour où une fille que je connaissais à peine s'est faite zip, je ne me suis pas battue ! Je l'aurais fait moi-même !

Oui, il était vrai qu’elle n’avait jamais envoyé quelqu’un pour venir me chercher, donc je ne disais rien de plus, mais là, pour le coup, je n’avais plus qu’une seule envie, c’était de retourner dans ce théâtre et d’aller retrouver ma douce, non, déjà m’épuiser un peu et ensuite j’irais la voir. Nous aurions besoin de parler. Je ne cessais de faire des allers-retours et crus m’entendre une seconde fois, comme si mes pensées sortaient pour me revenir en tête. D’accord, j’étais tellement perturbé que je ne voyais pas trop ce qui pouvait se produire de pire. Elle s’assit sur le lit, mais je n’avais pas envie de rester ici, elle n’avait pas encore compris ? J’enrageais contre le fait que cet homme, ou je ne sais pas trop comment cela s’appelait une personne qui s’amusait à prendre en photo les gens et les mettais dans leur torchon pouvait s’appeler, mais je lui en voulais à mort, c’était certain. Maintenant, Aure allait se poser encore plus de question et je n’aimais pas cela du tout.

A : Il y a un tas de choses que j'aurais pu faire, un tas, aussi, que je n'aurais pas du faire !

F : Cela suffit ! Je ne veux plus t’entendre, je… J’ai besoin de calme, de ne plus te voir. Je suis obligé de te toucher pour te ramener, mais je ne veux plus entendre un mot, c’est clair ?

A : Je...

Je sentais sa main qui venait dans la mienne et trouvais le contact… Non, je ne devais rien trouver à ce contact, rien du tout et nous sortaient de cette chambre. Arrivé de nouveau dans les toilettes pour dame du théâtre, je lui lâchais la main rapidement, enfin j’essayais, laissant échapper une information de plus sur mon amour.

A : Aurore est vampire depuis peu ? Non, ce n'est pas possible ! Mais qui est-elle ? Je suis désolée. Je ne t'embêterai pas, je vais essayer en tout cas, je te le promets. Bien que ma parole ne doit pas avoir d'importance à tes yeux...

F : Si au moins c’était vrai… Ne pense plus à Aurore, oublie-là complètement d’accord ? Maintenant va rejoindre ton jouet, je dois sortir d’ici, j’ai l’impression d’étouffer.

J’arrivais enfin à retirer ma main de la sienne et ouvris la porte sur le hall. Je n’attendais pas qu’elle me suive et sans un regard pour elle, je sortais du théâtre rapidement, direction la forêt !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   Lun 27 Fév - 18:31

Franck me détestait et il y avait largement de quoi en y repensant ! J'étais épuisée de notre rencontre mais au moins cette fois, il n'avait pas directement fuit. Il avait osé me parler et cela changeait déjà des choses, des tas de choses.

F : Cela suffit ! Je ne veux plus t’entendre, je… J’ai besoin de calme, de ne plus te voir. Je suis obligé de te toucher pour te ramener, mais je ne veux plus entendre un mot, c’est clair ?

Je ne répondis rien. Il ne voulait plus que je parle. Très bien, je peux lui prouver que j'en suis tout aussi capable que de ne pas me taire !

Quelque chose me troubla néanmoins ! Aurore était vampire depuis peu de temps ? Elle lui avait menti ! Elle avait forcément de mes gênes en elle, voilà pourquoi elle lui avait raconté n'importe quoi sur sa condition. Je ne voyais pas d'autres explications.

F : Si au moins c’était vrai… Ne pense plus à Aurore, oublie-là complètement d’accord ? Maintenant va rejoindre ton jouet, je dois sortir d’ici, j’ai l’impression d’étouffer.

Rejoindre mon jouet, j'y comptais bien, même s'il n'était pas hypnotisé ! Mais oublier Aurore ! Ah non ça jamais, surtout que je l'ai toujours cru morte depuis très longtemps. Depuis quasiment toujours, puisque je n'ai plus jamais entendu parler de Liam. Je ne pensais pas qu'il l'avait elle aussi transformée en vampire.

Déposant ma main dans la sienne, le contact fut bon à souhaiter. Je me faisais à nouveau des films mais j'étais certaine qu'il avait ressenti quelque chose à cet instant. Je déraillais encore. Nous ramenant en un battement de cils, le décor changea sans que nous bougions. Nous nous retrouvions à nouveau dans les toilettes pour dames du théâtre. Sans pourvoir prendre le temps de le regarder une nouvelle fois, il s'enfuit par la porte encore battante après son passage. Pensant le rattraper mais ne le faisant pas, je me contentai alors de sortir à la même vitesse que lui des toilettes. Le voyant courir à toutes jambes dans le hall immense, puis disparu derrière une porte lattérale de l'établissement.

Restant je ne sais combien de temps assise sur un banc, celui où nous avions parlé, attendant que Matt me rejoigne. Ce qu'il fit. Nous rentrions à l'académie sans un mot.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des retrouvailles non voulues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des retrouvailles non voulues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Academy :: Divers :: Les archives :: Chapitre 2 :: La ville :: Le théâtre-
Sauter vers: