Dark Academy


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le commencement d'un début

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le commencement d'un début   Lun 23 Avr - 20:57

J'avais ramené Léna chez elle, enfin dans ses propres appartements et moi, j'avais besoin de me sortir tout cela de la tête. Comme je lui avais dit, je ne regrettais rien, loin de là, c'était très bien, mais je ne me voyais pas retomber amoureux de quelqu'un d'autre. Malgré tout le mal qu'elle m'avait fait, malgré le fait que nous n'étions plus ensemble, je l'aimais toujours, mon cœur était prit à jamais. Léna était une amie remarquable, mais je me devais de lui dire que nous deux, cela ne sera jamais plus que de l'amitié, profonde d'accord, voire plus parfois comme ce que nous venions de faire, mais je ne lui promettais rien, je ne le pouvais pas lui promettre quoique se soit, juste d'être présent lorsqu'elle en aurait besoin, voire plus si affinités. Et ce soir, nous l'avions vu l'affinité, donc je ne me faisais pas de souci dessus. Il fallait juste qu'elle ne s'attache pas, je n'étais plus un homme auquel il fallait s'attacher. Je n'étais pas une loque, mais ce n'était pas loin.


Après avoir acheté un nouveau paquet de cigarettes, je me retrouvais à marcher dans les rues, ma chemise ouverte sur la moitié de mon torse, quelques griffures dessus, oui, Léna pouvait être une tigresse au lit. Tout en observant les humains qui ne cessaient de parler, parler, parler, j'en avais plus qu'assez de tout cela. Je faisais le vide, aspirant un peu plus de fumée, je n'en pouvais plus de les entendre, je devais me concentrer et il fallait que je trouve un endroit pour cela. Plus je marchais et plus la rue me disait quelque chose, jusqu'à ce que je me rende compte que je me trouvais dans la rue du théâtre. Ce fameux théâtre où j'étais venu pour prendre des informations sur leur prochaines pièces pour pouvoir l'emmener avec moi et finalement, elle ne découvrirait pas ce que j'aimais lorsque j'étais assis dans un fauteuil à regarder ses différentes scènes qui se déroulaient sous mes yeux. Les actes, les gestes plus ou moins assurés, mais toujours la satisfaction d'avoir donné le meilleur d'eux-même et c'était encore mieux de les entendre penser ainsi. Pourtant, ce soir, j'en avais assez de les entendre, depuis qu'elle n'était plus là, je perdais le contrôle de mes dons, comment j'allais faire si en touchant une personne au hasard et j'utilisais son don sans le vouloir? Je faisais attention à tout cela et avançais sans toucher les quelques personnes qui étaient devant les caisses. Je pris un exemplaire de ce qui se jouait en ce moment, il s'agissait de la vieille version de Roméo et Juliette.


Je m'installais sur le fauteuil où la dernière fois Aure était apparue et depuis, nous nous parlions mieux, nous ne nous comprenions toujours pas plus que cela, mais j'avais fait des efforts et là... La je me retrouvais assis à espérer qu'elle arrive pour m'enlever et je nous emmènerais dans un lieu que moi seul connaissais. Mais je ne faisais qu’espérer, sachant qu'elle ne viendrait pas, non, c'était sur. Même sa manière de me toucher les cheveux... mais c'était à cause de cela, de son odeur sur mes cheveux qu'elle avait commencé à se poser des questions. Je fermais les yeux, posant mes coudes sur mes genoux et mon visage entre mes mains. Est-ce que j'allais réussir à surmonter tout cela? Non, probablement que non, j'allais naviguer vers Léna de temps en temps, si elle voulait toujours de moi, j'avais de l'amitié à revendre, elle en profiterais, elle profiterais de moi, tout simplement et je me sentirais mieux, le temps d'être dans ses bras. Je restais là, mon visage caché, n'écoutant même pas le bruit des respirations, les pas des humains qui osait se regarder encore un peu sans frayeur, j'attendais, mais je ne savais pas quoi.



Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Ven 4 Mai - 16:37

Il y avait de cela quelques heures, mais j'avais quitté Frangk et Lena pour respirer un peu. Me dirigeant en dehors de la ville pour ne plus respirer son odeur, celle de Franck. Je parvenais plus facilement qu'au début de notre nouvelle rencontre, à surmonter le fait qu'il soit là e qu'il ne soit toujours pas à moi. Mais me concentrant sur le but de sauver ma nouvelle amie en date, Lena, par l'intermédiaire de Franck, m'avait fait beaucoup de bien je crois ! Cela m'avait permis de me régi centrer sur mes aptitudes et mon don d'hypnose ainsi que le nouveau pouvoir que je venais de découvrir en moi. Il était comme enfouit sous mes regrets et mes remords concernant Franck. À présent, je pouvais avoir des visions, ou n'importe quel autre pouvoir rien qu'en touchant la personne ! Franck se laissait assez souvent effleurer par l'une de mes mains pour que je puisse decouvrir ses pouvoirs et les utiliser, mais seulement en entrainements ! À vrai dire je n'avais pas encore essayé de toucher quelqu'un d'autre que lui possedant des dons ! Cela faisait tout drôle même maintenant après plus de six mois. Je supposais que le fait est que Franck me parle comme à une personne normale, comme à n'importe qui je veux dire, cela avait déclenché quelque chose en moi. Un mur s'était abattu seul, comme effondré à son contact.

J'avais prit le temps de me prendre une douche dans ma chambre à l'académie, et de me changer, de me vêtir de quelque chose de plus chic ! Matt qui rentrait de son boulot de serveur en même temps que moi, me demandait si je voulais sortir ce soir. Il travaillait dans un petit restaurant ouvert le midi pour les humains qui travaillaient. Ah ils étaient courageux ces humains de vivre dans cette ville sombre en permanence. Pour nous, vampires, aucun endroit n'était mieux. J'acceptais sa proposition. Nous sortions et marchions dans les rues pavées du centre ville. Lorsque nous arrivions dans la rue du théâtre il proposa de nous y rendre, car nous n'avions toujours pas eu l'occasion d'y retourner. La dernière fois étant donné ma rencontre avec Franck, Matt y était allé seul ! Il était gentil avec moi et je n'avais pas besoin de l'hypnotiser sauf lorsque je désirais être seule. Il était toujours collé à moi et parfois j'avais le ressenti d'être étouffée par lui. J'étais plutôt indépendante et l'avoir dans mes pâtes sans arrêt me tapait sur les nerfs de temps à autre ! J'avais envie de lui faire plaisir aussi comme il le faisait si souvent pour moi.

Mais à peine les portes passées, je ne pus m'empêcher de sentir... Franck ? Non ! Ce pouvait-il qu'il soit là ? Fermant les yeux quelques seconde tout au plus. Je pus s'avoir exactement où il se trouvait. Au même endroit où je l'avais vu six mois en arrière. Ce lieux était donc spécial ! Un élément nous attirait ici, ou bien simplement mon corps était absorbé par lui comme si il était ma seule force de gravité !

Hypnotisant immédiatement Matt en ré-ouvrant les yeux, pour ne pas qu'il se doute de quoi que ce soit, il acheta son billet et partit en direction de l'emphie-théâtre. Me dirigeant à mon tour vers Franck assit, qui tenait sa tête entre ses mains. Il n'allait pas bien ! M'accroupissant devant lui, il ne semblait pas m'avoir senti peut-être faisait-il le vide en lui, je posais mes mains délicatement sur les siennes, avec une telle douceur qu'il n'aurait pu croire que c'était moi devant lui.

A : Franck ? Que t'arrive-t-il ? demandai-je surprise par son état.

Je le pensais heureux avec son Aurore. Je ne l'avais toujours pas rencontrée, même pas croisée en forçant le destin, il ne le désirait pas, je respectais depuis notre nouvelle rencontre tout e qu'il désirait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Lun 7 Mai - 17:16


Comment savoir si je résisterais au fait de retourner à ce volcan ? Il me tentait bien, la chaleur ne m’avais pas fait peur au contraire, j’aspirais à une paix intérieure que je n’avais trouvé qu’en la personne de Léna, mais je ne voulais pas lui donner de faux espoirs, elle savait pourquoi j’avais fait cela et je la voulais toujours pour amie, plus que jamais. Si je pouvais je me détruirais, maie avec la dernière fois, elle était arrivée à l’improviste pour me sortir de tout cela et c’était forcément un signe du destin. Peut-être que je devais vivre avec ce poids sur ma conscience, j’aurais dû tout faire pour lui parler de ma créatrice avant, lui raconter tout, mais la peur, cette peur de la perdre ne ma lâchait pas à ce moment-là et j’avais tout gagné, ou perdu plutôt. Elle était partie et je n’avais rien fait pour la rattraper. J’avais juste fais un joli trou dans le mur de son magasin, failli la blesser à plusieurs reprises et cela c’était terminé ainsi, sur une fin de non-revoir. Cela faisait déjà deux semaines, presque trois que nous n’étions plus ensemble et hier, elle c’était envolé pour l’Irlande… Elle avait pris ce foutu avion, je n’avais pu que constater qu’elle allait mal, tout comme moi, mais elle était partie, sans savoir que je la regardais monter dans cet engin qui l’avait emporté, loin de moi. J’étais resté une bonne partie de la journée à regarder ce ciel noir et lorsque j’étais rentré dans ma chambre, j’avais tout défoncé, jusqu’à ce que Léna arrive et que je veuille m’éliminer totalement. Jusqu’à ce que finalement, elle m’ait redonné durant le temps que j’étais dans ces bras, un gout de vivre, ou plutôt survivre.

J’en étais là à toutes mes réflexions, de toute manière je l’avais perdu, j’étais devenu… Oui, une loque, je n’avais plus gout à rien et me perdre dans les bras de Léna m’avait fait du bien, mais juste sur le coup, car maintenant, j’avais peur de lui faire du mal en n’étant pas ce qu’elle attendait peut-être de moi malgré le fait que je lui ais parlé. Je sentais deux mains se poser doucement sur les miennes, tellement douce que j’eus l’impression de rêver. Se pourrait-il que se soit celle qui m’avait brisé le cœur ? M’aurait-elle vu caché dans l’ombre lorsqu’elle était montée tout en haut de cet avion ? Serait-elle revenue aujourd’hui par le retour ? Non, ce n’était pas possible et pourtant sa voix douce me parvenait à mes oreilles.

A : Franck ? Que t'arrive-t-il ?

J’ouvrais la bouche pour parler, mais aucuns sons ne sortaient de ma bouche. Relevant ma tête, ma vue se brouillait, mais c’était elle, elle était devant moi, le regard empli de douceur ces mains contre les miennes, si inquiètes… Je ne cessais de la dévisager entre les larmes qui coulaient sur mes joues, je me fichais que quelqu’un puisse me voir dans cet état là. J’enlevais une main des miennes pour la placer sur ma bouche et déposais un baiser dans le creux de sa paume, fermant les yeux de bonheur. Elle ne l’enlevait pas, c’était peut-être parce que je la serrais fort, ou parce qu’elle le voulait, mais je laissais ma bouche embrasser chacun de ses doigts, l’un après l’autre. Je me rendais compte que le gouffre qui c’était crée dans mon cœur se refermait, lentement, mais surement, elle était revenue et m’avait retrouvée, mais comment avait-elle fait ?

C’est à ce moment-là que je pris une profonde inspiration et comprenais ce qui venait de se produire. La douceur d’Aurore, son regard, le fait que je laisse des larmes rouges couler… Ce n’était pas mon ange qui était là, mais Aure. Elles étaient si semblables et si différentes et pourtant en la regardant de plus près, je me rendais compte qu’elle pouvait être douce aussi et tendre. Je lâchais doucement ces mains pour les reprendre d’une autre manière et posais l’une des siennes sur ma joue, fermant les yeux de nouveau.

F : Ce n’est rien, ne t’inquiètes pas… Murmurais-je.

Je frottais ma joue contre sa main, j’avais besoin que l’on s’occupe de moi, je me rendais compte que je devenais dépendant des autres et tant pis si cela faisait de moi une mauviette, je devais ne plus penser à elle, même si cela me détruisait à petit feu de l’intérieur.




Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Lun 7 Mai - 18:04

Comme j'étais heureuse d'être rentrée dans ce théâtre pour la seconde fois. Je l'étais, heureuse, tout autant que la première fois, lorsqu'apercevant Franck, j'en avais presque oublié pour ne pas dire carrément zapé ce Matt chéri qui me comblait de bonheur pour un simple humain. Il y mettait toutes ses forces et son argents aussi, ce que je ne pouvais qu'apprécier évidement !

Et pourtant, bien que je fus contente de voir Franck assit à l'axacte même endroit où nous avions pu échanger quelques phrases plus de six mois en arrière, je fus contrainte d'hypnotiser Matt qui m'accompagnait et de lui faire croire dur comme fer que je l'aurais accompagné à ce spectacle qui nous attendait.

courant d'un pas léger, telle une plume volant au-dessus de l'eau, je déposais mes mains sue les siennes. Il souleva alors ça tête vers moi, et alors là, en constatant qu'il pleurait, vraiment, me regardant avec douceur sous sa peine et sa souffrance, il vint a me caresser la main de sa joue comme un réconfort au quel il n'avait pas eu droit depuis si longtemps me sembla-t-il.

F : Ce n’est rien, ne t’inquiètes pas…

A : Ne restons pas là veux-tu !

Disons que nous allions nous faire remarquer à nous exposer de cette manière avec ses joues et à présent l'une de mes mains, en sang. Notre survie dépendait en grande partie de notre discrétion. L'aidant à se relever, ne la lâchant pas d'un seul milimètre, je nous emportais derrière une de ces immenses colonnes de marbre soutenant l'édifice. Là, puisque je le touchais, j'abssorbai son pouvoir et nous transportais littéralement ailleurs. Je ne m'étais encore jamais servie de ce pouvoir, de son pouvoir de déplacement disons. L'endroit était calme, paisible et dépourvu de monde. Le sable chaud m'appelait et le solieil brillait sur nous mais aucun effets secondaires ne nous consumait. J'avais pensé aux alentours de la ville. Nous devions être dans une de ces petites maisonnette de vacances. Regardant la vue imprenable sur la mer qui nous faisait face, j'assis Franck sur un petit fauteil en osier tressé.

A : Tu ne vas pas bien ! coonstatai-je, que s'est-il passé ? Aurore t'a fait du mal ? Ouù est-elle d'ailleurs ? m'étonnai-je tout en créant des situations dans ma tête.

Elle pouvvait être portée disparue, l'avoir abandonné ou avoir était tuée ! Je n'en avait aucune idée mais je ne supportais pas de le voir ainsi. Sans le lâcher de ma main toujours sur sa joue, j'attrapai une boîte aux mouchoirs en papier en sortaient. je vidais la boîte pour lui enlever le plus gros de sang qui continuait à couler. Une goutte s'égara sur sa lèvres supérieur, je me retins de la lui lécher. Non pas que j'avais faim de sang mais plutôt faim de lui, mes cros revenèrent, j'avais qu'une envie, le serrer dans mes bras et le dévorer à ma manière, celle dont j'avais toujours rêvée de faire...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Lun 7 Mai - 22:33

Elle s’inquiétait pour moi ? A quoi bon de toute manière, j’étais seul et le resterais, je ne comptais pas en finir avec ma vie, là devant tout le monde, je voulais juste… Je n’en savais trop rien et frottais ma joue contre sa main, cela me faisait du bien de sentir la peau de quelqu’un d’autre contre la mienne.

A : Ne restons pas là veux-tu !

Je ne comprenais pas pourquoi elle disait cela, mais en moins de temps qu’il ne faut pour le dire nous nous retrouvions dans un lieu que je ne connaissais pas. Je ne comprenais rien, habituellement, c’était moi qui… Oh ! Elle pouvait elle aussi, oui, surement, c’était ma créatrice et ces pouvoirs se développaient depuis quelques temps, à croire que le fait de lui parler les avait déclenchés, ou quelque chose dans le genre. Je me retrouvais assis, des petites maisons dispersées de-ci delà sur le sable, je ne comprenais pas pourquoi elle nous avait emmenés dans un endroit si magnifique, surtout avec moi.

A : Tu ne vas pas bien ! que s'est-il passé ? Aurore t'a fait du mal ? Où est-elle d'ailleurs ?

Je levais mes yeux vers elle, vers ce double qu’était mon amour perdue à jamais et essayais de contenir ces larmes qui menaçaient de tomber un peu plus sur mes joues. Elle essuyait ce qu’elle pouvait et malgré le fait qu’elle tenait toujours ma joue, ou moi ma main sur la sienne, je n’en savais plus rien et je m’en fichais, je la regardais faire, ne comprenant pas pourquoi je ressentais une envie de sang. Je me sentais écartelé de l’intérieur, extérieurement je paraissais tout ce qu’il y avait de plus normal, mais intérieurement, c’était des ruines, des catacombes, et le volcan en éruption qui m’attendait. Je sentais couler encore quelque chose arrivant sur ma lèvre et sortait la langue pour savoir ce que c’était, recueillant du bout de la langue cette goutte qui s’avérait être du sang. Je la léchais presque avec gourmandise et regardait Aure. Je n’avais toujours pas répondu à sa question, d’où elle était, ce qu’elle avait fait, mais c’était moi le problème. Ce n’était que moi qui n’avait pas su lui dire combien je l’aimais, je regrettais tous ces cachotteries et maintenant… Je ne l’avais plus depuis… Depuis presque Trois semaine et encore une semaine à tenir avant de pouvoir l’observer en cachette, avant qu’elle ne revienne ici, dans cette ville et que je puisse l’approcher sans qu’elle le sache ! Je n’avais aucune envie de lui parler de toute cela et tournais la tête vers le bruit des vagues, la mer semblait belle, le sable fin faisait des petit bruit à chacun des pas des gens, enfin je l’imaginais, nous étions seuls et une envie subite de me baigner m’arrivait.

F : tu viens te baigner ?

Je n’attendais pas de réponse et enlevais tous mes vêtements pour me retrouver juste en boxer et fonçais dans la mer à vitesse vampirique. Peut-être que l’exercice me fatiguerait, ou me tuerait, au choix, du moment que je ne réfléchissais plus, que je ne rêvais plus que je ne voyais plus son prénom en grosses lettres dans mon esprit, je serais heureux !
Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mar 8 Mai - 13:50

Pourquoi avais-je emporté nos deux corps collés par nos mains sur son visage, dans cet endroit si beau et calme ? Le bruit des vagues qui s'echouakent sur le sable fin et doré me donnait qu'une envie : le déshabiller et l'embrasser partout sur son torse, le chatouiller près de son ventre, le lécher doucement réassent un chemin ininterrompu sur sa peau glacée.

Après avoir essuyé ce qui était en mon pouvoir d'essuyer avec le peu de mouchoir que je disposais alors, je fus plus qu'étonnée de son regard sur moi, et encore plus de sa réaction.

F : Tu viens te baigner ?

A : Euh... Oui si cela te fait plaisir !

Ignorant où il voulait en venir, si triste et malheureux puis soudain ampli de vitesse surhumaine et d'adrénaline, je me contentais de le suivre et de l'imiter ! Retirant mon joli haut à paillettes noires et ma jupe cintrée grise, ainsi que mes chaussures à talons aiguilles, gardant seulement mes sous-vêtements plus que sexy en dentelle noire également. Cependant je pris mon temps, comparée à lui, pour rejoindre le sable puis l'eau. J'étais égoïste à nouveau mais je désirais qu'il puisse observer mon corps dans ce lieu si beau et romantique. L'eau me sembla chaude, certainement à cause de ma peau toujours glaciale, en tout cas depuis plus de 700 ans déjà !

L'eau arrivant à ma taille, m'approchant et m'approchant encore de lui, l'effleurant de la main je pus, en fermant les yeux pour me concentrer changer un détail dans notre décor. La nuit. Je n'étais pas habituée au jour, supposant vu les circonstances que lui non plus. Ré-ouvrant les paupières, je pus observer son visage sans difficulté cependant.

A : Que veux-tu faire ? Tu ne m'as rien dis pour l'instant, je veux seulement t'aider !

Les mots qui venaient de sortirent de ma bouche n'avaient strictement rien avoir avec mon ton employé et ma façon de bouger devant lui, de me mouvoir même. J'étais comme emprisonnée de son ora, de lui, de son corps, de son esprit ...

A : Franck... Je...

Je ne pus terminer ma phrase, je ne pouvais pas lui dire les choses que j'avais sur le cœur, celles qu'il connaissait déjà et s'efforçait pourtant à ne pas les entendre. J'attendais un geste de sa part, quelque chose qui me ferait au moins penser que je n'étais plus la seule à avoir des sentiments pour lui et plus encore !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mar 8 Mai - 15:36


Je devais absolument résister à me remettre à pleurer, me lamenter sur mon sort et profiter de… Je ne savais pas de quoi je voulais profiter, c’était juste un besoin d’oublier, comme la nuit dernière où j’avais failli passer à l’acte pour me retrouver dans les bras de Léna. Je préférais proposer d’aller dans l’eau, autant en profiter, vu que nous étions là.

A : Euh... Oui si cela te fait plaisir !

Je n’attendais pas vraiment sa réponse que mes affaires étaient déjà au sol et je plongeais dans l’eau, restant sous l’eau un bon moment, puis remontais à la surface pour la voir arriver. Elle portait un ensemble noir laissant plus découvrir que cacher son corps, en même temps avec un corps parfait comme le sien elle pouvait ne rien porter. C’était moi qui venais de penser cela ? Je la laissais arriver jusqu’à moi, voyant l’eau lui couvrir les pieds, puis les jambes, arrivant à ses cuisses pour s’arrêter à sa taille. La même hauteur que pour moi. Je plaquais mes deux mains sur mon crane pour mettre en arrière mes cheveux, faisant par la même occasion ressortir mon torse. Je sentais sa main me toucher et la nuit apparaissait. Dommage, j’aimais le soleil, même si celui-ci ne pouvait rien me faire, sa lumière était toujours en manque.

A : Que veux-tu faire ? Tu ne m'as rien dis pour l'instant, je veux seulement t'aider !

F : Rien, pour le moment, rien.

Je parlais doucement et fermais les yeux, je n’avais pas envie de parler pour le moment, je voulais juste… Je n’en savais rien, mais parler, je l’avais déjà fait avec Léna et cela ne m’avait pas soulagé, alors je ne pensais pas que cela pouvait faire son office avec elle.

A : Franck... Je...

J’entendais ses mots, avant même qu’elle ne les dise si fort dans sa tête. Je levais une main et caressais du bout des doigts sa peau remontant doucement sur son coude, continuant par suivre le sens inverse d’une goutte d’eau qui glissait sur sa peau nue. Je remontais jusqu’à la bretelle de son soutien gorge, suivant le tracé de ce tissu, la dentelle noire sur sa peau si blanche, laissant un doigt sur sa peau. Je suivais la dentelle, passant sur l’arrondi de son sein gauche, puis passais sur le deuxième, continuant sa route pour arriver à sa deuxième épaule. Je posais le dos de ma main opposé à son visage sur sa joue, caressant du bout des doigts ses pommettes.

F : Je sais...

Je murmurais me rapprochant doucement d’elle. Elle lui ressemblait tant et pourtant si différente, mais dans ce qu’elle m’avait apporté… Je fermais les yeux, glissant ma main de l’autre coté de sa tête pour caler la paume de ma main dans son cou. Je ne disais plus rien, restant là, sentant sa peau sous mes doigts et ouvrant les yeux pour plonger dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Dim 13 Mai - 15:12


Je n'étais pas certaine de ce qu'il se passait en cet instant. Étais-je vraiment dans cet environnement près de la mer ? Et surtout en compagnie de Franck, mon Franck ! Celui que j'avais toujours voulu depuis plus de 500 ans, celui que j'avais traqué et bousillé sa vie plutôt que de le conquérir. Je m'étais mal prise avec lui et au fils des siècles passaient jamais je n'étais parvenue à être meilleure, assez bonne pour qu'il m'accepte, me tolère seulement dans sa vie d'une manière ou d'une autre.

Il partit vers l'eau, se déshabillant rapidement, aussi vite que n'importe quel vampire le pouvait. Me debarassant également de mes vêtements, je le rejoignai. L'eau me chatouilla les pieds, ses vagues revenant vers moi à chaque fois ! Lorsque l'eau m'arriva à la taille, tout comme pour lui, je me demandais ce que je pouvais faire pour l'aider ! Si nous étions ici et non dans le théâtre, ce n'était pas pour batifoler ou quelque chose du genre. Je voulais l'aider réellement mais là, la tentation de le toucher et de me frotter à lui était bien trop grande...

F : Rien, pour le moment, rien.

Je ne parvenais pas vraiment à formuler ce que je voulais lui dire. Les mots restant comme bloqués en moi. Mais il savait. Il lisait dans mes pensées ce qui ne me dergeait pas du tout. S'il avait pu lire en moi avant, avant que je ne lui fasse tout ce mal sans m'en rendre réellement compte, tout aurait été différent dès le début !

F : Je sais...

Je ne pu m'empêcher de poser une main sur lui. Lui non plus apparemment. J'avais l'impression d'être dans l'un de mes rées, oui c'était bien cela. Nous étions dans l'un des décors qui m'avaient frappé à l'esprit lorsque je fantasmais sur nous. Le sable chaud, le silence, seul le bruit du ressac contre les roches plus loin et le tonnerre de nos cœurs battants la chamade.

Il passa ses doigts si délicatement sous une de mes bretelles de soutien gorge puis passa sur ma poitrine, me chatouillant à son tour, comme les vagues sur mes pieds en entrant dans l'eau. Puis arriva de l'autre côté touchant ma peau ainsi que la bretelle du revers de son doigt. J'aimais tant cette sensation, son touché sur moi, il était tel que je l'avais imaginé !

Mais n'étais-je pas en plein rêve ? J'avais pu abaisser la lumière du soleil en y pensant seulement. En le touchant je savais ce qu'il se passait dans sa tête et cela me surpris ! Il pensait à trois choses essentiellement.

La première n'était pas des plus importante mais je m'exécutais pour lui plaire au mieux, lui rendant un soleil chaud nous brulant la peau. Le contraste entre l'eau fraiche et la chaleur ambiante était inhabituelle pour moi. Pour lui aussi certainement.

La seconde, il me regardait et pensait à Aurore, ce qui était en soit légitime, pensant combien nous étions identique physiquement mais pas nos caractères, j'en étais heureuse car elle me semblait bien trop naïve, bien plus que moi en tout cas, nul doute là dessus !

Et la troisième, celle qui me choqua littéralement, il avait donné son corp à Lena ? Lena ? Avant moi ? Pourquoi n'avait-il pas pensé à moi ? Je lui aurait fait l'amour comme jamais, j'aurais pu être la plus féroce comme la plus douce des femmes assoiffée par lui...

Lisait-il dans mes pensées en ce moment même ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Jeu 17 Mai - 17:29


Elle voulait m’aider, mais je ne voyais pas comment. J’étais trop dans une vision noire de la vie, ou de la non-vie que j’avais que je ne pouvais expliquer vraiment tout cela. Je comprenais ce qu’elle voulait dire, elle n’avait pas besoin de parler, je sentais que ses pensées m’envahissaient sans que je ne puise rien y faire et tandis que j’entendais tout ce qu’elle n’arrivait pas à dire, je la caressais doucement, suivant les courbes de son soutien gorge. Elle posait sa main sur mon torse et inconsciemment j’en frémissais.

F : Elle était là… J’ai eut besoin de quelqu’un, ou, je ne sais plus… Elle est arrivée dans ma chambre, j’étais en train de… de tout casser, tout ce que j’avais, ce n’était que du matériel et elle est arrivée… Je comptais sur elle pour qu’elle soit présente à ma mort, mais elle m’en à empêché… Pourtant je voulais mourir, quoi de mieux que le feu pour périr, un volcan, c’était parfait, mais son don… elle m’a sortit de dedans et c’est arrivé ainsi, c’est tout.

Je me rapprochais encore d’elle et passais une de mes mains autour de sa taille, la rapprochant doucement de mon corps, laissant l’autre main dans son cou, le lui caressant du pouce et souriait tristement.

F : Merci pour ce soleil, j’aimerais pouvoir y bruler et en finir avec ces moments… Oui, vous êtes presque des copies exactes, mais il est vrai que question caractère vous êtes différentes…

Je venais coller son corps contre le mien et posais mon visage contre le sien, joue contre joue, j’avais le soleil en pleine figure et elle… Elle devait avoir le sable derrière moi en vue. Je baissais le visage et posais ma bouche sur son épaule, respirant son parfum. Oui, il était différent et plus je la collais, plus je ressentais des émotions diverses et variées comme le fait que c’était peut-être elle que je devais retrouver et non… elle… elle n’existait pas lorsque je l’avais vu en vision, peut-être que ce n’était qu’une manière pour moi de vouloir m’échapper de son emprise ? Je m’y perdais tant et si bien que je ne savais plus où j’en étais, tout ce que je savais, c’était qu’elle… Je souffrais de ne plus pouvoir la voir, la toucher, même penser à elle me faisait du mal. Je laissais mes lèvres glisser doucement sur sa peau, celle d’Aure, je savais que c’était elle et la serrais contre moi sans bouger, juste mes lèvres qui faisaient des allers-retours entre son oreille et son épaule. Je sentais que j’avais besoin de ne pas rester seul une fois de plus et imaginais trop bien que oui, ma créatrice pouvait être sauvage et douce à la fois. J’en avais des visions plutôt passionnées, je ne savais pas si c’était elle qui pensait cela ou moi, ou peut-être les deux, mais j’avais besoin d’elle maintenant. Je glissais ma tête sur sa mâchoire, mordant doucement pour arriver à son menton et me plaçais face à elle. J’avais besoin de sentir que quelqu’un voulait de moi, c’était un sentiment qui me faisais vivre et j’avais besoin qu’elle, celle qui ressemblait à deux gouttes d’eau à… elle, je voulais me sentir vivant. Mes lèvres effleuraient les siennes tel un souffle léger, restant plongé dans son regard, je n’attendais qu’un signe pour l’embrasser vraiment, même si je savais qu’elle devait en mourir d’envie, j’avais besoin de l’entendre me le dire, c’était devenu vital, j’avais toujours l’impression de n’être plus rien maintenant.



Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Sam 19 Mai - 16:15

Je n'étais plus sûre de rien ! Étions-nous réellement dans ce lieu ? Dans l'eau ? L'un contre l'autre ? Comme toujours je l'avais imaginé et désiré ? Tous ces sentiments étranges en moi s'entrechoquants causant des dommages dans mon être, mon esprit, mon cœur. Je n'étais pourtant plus très certaine d'en avoir un. Tant de mal aux uns et aux autres m'en avaient convaincu ! Le fait qu'il Lise en moi sans aucune difficulté apparente était agréable. J'étais lâche de mes mots, ne les sortant pas, ayant peur de l'effet sur lui.

F : Elle était là… J’ai eut besoin de quelqu’un, ou, je ne sais plus… Elle est arrivée dans ma chambre, j’étais en train de… de tout casser, tout ce que j’avais, ce n’était que du matériel et elle est arrivée… Je comptais sur elle pour qu’elle soit présente à ma mort, mais elle m’en à empêché… Pourtant je voulais mourir, quoi de mieux que le feu pour périr, un volcan, c’était parfait, mais son don… elle m’a sortit de dedans et c’est arrivé ainsi, c’est tout.

Je pouvais comprendre la situation qu'il m'exposait brièvement concernant sa coucherie avec Lena ! Bien que je ne cautionnais pas le geste de cette traitresse, je ne pouvais pas en vouloir à Franck. De toute évidence, durant 500 ans je ne m'étais pas gênée pour "l'oublier" ou le "confondre" à un autre homme l'espace de nuits entières. Je ne pouvais pas le blâmer lui, mais Lena allait recevoir un sal quart d'heure. Juste histoire de lui faire comprendre la chose. Car après tout elle avait apprement sauvé, ce qui était l'essentiel ! Je me surprenais moi-même de tant de compréhension et de sagesse si je puis me permettre.

Sous sa volonté, sa pensée, je lui rendis la chaleur lourde du soleil sans les effets qui nous tueraient à coup sûr tous les deux. J'étais parfaitement capable d'utiliser tous ses pouvoirs en l'effleurant seulement. Bien que ce n'était pas le cas. Une de ses mains autour de ma taille et l'autre dans ma nuque, me faisaient littéralement bruler de plaisir. Pas besoin de soleil !

F : Merci pour ce soleil, j’aimerais pouvoir y bruler et en finir avec ces moments… Oui, vous êtes presque des copies exactes, mais il est vrai que question caractère vous êtes différentes…

A : Je n'en ai peut-être pas le droit, mais tu me connais, je vais le prendre. Je t'interdis de mettre fin à tes jours de quelques façons que ce soit ! Une pause le regardant fixement dans les yeux. Ce qu'ils étaient magnofiques, au passage. Si je dois aller la trouver, lui faire peur, la menacer, la torturer... Je le ferais ! Je ne permettrais pas que tu mettes fin à tes jours à cause d'elle et tant pis pour moi si je te perds. Je te préfère heureux et en vie que mort ! Tu m'entends ?

Il vint coller son visage contre le mien. Le paysage devant mes yeux était sublime je me devais de l'avouer. Le sable blanc et chaud m'appelait mais j'ignorait cet appel ! Franck était bien plus important et de toute évidence nous nous y coucheront peut-être dessus tous les deux à la tombée de la nuit, si il l'accepte.

Se décollant légèrement de ma joue, il baisa mon cou du même côté et passant en revu à plusieurs reprises le chemin entre mon oreille et mon épaule. Des frissons parcouraient ma colonne vertébrale et bien que j'étais persuadée que l'effet de la chaleur du soleil y était pour quelque chose, je savais que ses baisers en étaient la plus grande cause.

Il se détourna finalement de mon coup pour venir timidement jusqu'à mes lèvres entre-ouvertes. Elles l'attendaient avec impatience mais furent surprise qu'il les touche. Aussi furtivement que cela le fut, des frissons dans mes bras et mes jambes s'ajoutèrent à ceux du dos. Même si il y avait de grande chance pour que tout ceci ne soit qu'un rêve, je saisis la chance, l'opportunité qu'il m'offrakt en l'embrassant tout d'abord aussi fragilisent que lui l'avait fait, puis ne voyan aucune mauvaise réaction, j'entrepris de presser mes lèvres plus fortement contre les siennes laissant échapper un souffle soudain plus court de ma bouche.

J'étais us petite que lui et ma tête basculait légèrement en arrière pour toucher ses lèvres des miennes. Il apposa sa main dans ma chevelure comme pour la retenir, malaxant, tout comme je le faisait dans ses chveux, émettant une sorte de massage. Je pensais alors aux chats qui faisaient plantaient, sans faire mal, et retiraient leurs griffes lorsqu'on les caressait, ronronnant plus ou moins fort en même temps. C'était exactement ce que je faisais traduit par des petits gémissements, à la place d'un ronronnement parfait et régulier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mer 23 Mai - 19:06

A : Je n'en ai peut-être pas le droit, mais tu me connais, je vais le prendre. Je t'interdis de mettre fin à tes jours de quelques façons que ce soit ! Si je dois aller la trouver, lui faire peur, la menacer, la torturer... Je le ferais ! Je ne permettrais pas que tu mettes fin à tes jours à cause d'elle et tant pis pour moi si je te perds. Je te préfère heureux et en vie que mort ! Tu m'entends ?

Je l’avais bien entendu, oui, mais ce n’était pas pour autant que je ferais ce qu’elle me dirait. Je la tenais dans mes bras et l’envie me reprenais de toucher quelqu’un d’appartenir à quelqu’un et elle était là, si belle, si brune surtout. Cela ne me perturbait pas plus que cela, c’était plus comme si je la tenais dans mes bras dans une autre couleur de cheveux, même si je savais qu’elle ne serait plus dans mes bras. J’en souffrirais encore longtemps, c’était certain, mais j’avais besoin d’oublier de m’oublier et l’alcool ne pouvait me saouler, je n’avais trouvé que ce moyen. J’en étais à l’embrasser, elle, ma créatrice, celle que j’avais fuis pour finalement venir dans ses bras, enfin pour la prendre dans mes bras et l’embrasser à perdre haleine, enfin façon de parler, pour perdre haleine il faudrait que je respire, hors ce n’était plus le cas depuis bien longtemps. Ma main dans ces cheveux, lui tenant l’arrière du crane, je l’embrassais longuement, venant cueillir sa langue de la mienne, l’enroulant sans cesse, la titillant, l’entrainant dans une spirale de désir imprononçable.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Sam 26 Mai - 10:21

J'étais soudainement frustrée ! Pourquoi n'avait-il jamais voulu de moi ? Pour retrouver Aurore, ma fille, j'en étais quasiment certaine, tout ça pour qu'elle le laisse de cette manière ? Quelque chose m'échappait, peut-être bien un détail furtif mais parfaitement présent. Elle était presque aussi vieille que moi puisque je n'avais que 24 ans lors de ma grossesse, ce qui voulait dire que nous étions de puissance égale ! Mais je n'hesiterai pas à me battre avec ma fille pour Franck. Pour quelles raisons avait-elle attendu aussi longtemps pour le laisser venir à elle ? Ou se rapprocher de lui ? Et voilà qu'à présent il voulait mettre fin à sa vie, sa vie de vampire qui plus est, pour elle ! J'étais vraiment énervée ! Mais la tendresse de ses caresses et la fougue de ses baisers me faisaient totalement fondre et me détendre plus que je ne l'aurais cru.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mar 29 Mai - 17:59

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Dim 10 Juin - 9:45

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mar 12 Juin - 20:03


Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mer 13 Juin - 14:40

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Lun 18 Juin - 19:13


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Jeu 21 Juin - 10:12

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Mar 26 Juin - 16:04


Cela avait été fort, très fort, j’avais eut l’impression de l’utiliser et je m’en voulais. Au moins avec Léna, cela avait été plus doux, enfin au début, mais c’était partagé, là, je l’avais fait jouir, oui, mais en partie dans la douleur et je m’en voulais. Personne ne méritait cela, je n’étais devenu qu’un monstre. Je préférais ne penser à rien, je l’avais entendu m’écouter, dans mes pensées et je n’avais pas envie qu’elle voit à quel point j’étais devenu misérable, même si c’était probablement la solution pour qu’elle ne s’accroche plus à moi. Je la serrais un instant dans mes bras, puis me décollait d’elle doucement.

F : Désolé, je… je crois que j’ai perdu pied…

Je créais une salle de bain attenante et la transportais dans mes bras, m’asseyant sur le rebord d’une baignoire en marbre blanc. J’allumais l’eau, pensant à refermer d’un bouchon et la gardais assise sur mes genoux. Je pouvais au moins lui faire couler un bain, surtout après ce que nous venions de vivre. Je restais contre son cou, mes bras autour de sa taille et faisais couler du produit moussant. La salle de bain était embuée, de la mousse blanche et bleue montait de plus en plus haut dans la baignoire. Je vérifiais la température, même si je savais que nous ne pouvions pas nous bruler, mais c’était un réflexe que j’avais eut avec… elle… et la déposais délicatement dans le fond de ce bain. Je restais sur le rebord, assis, ma virilité caché à ses yeux et laissais ma main dans l’eau. D’ailleurs, le bain était juste bien, la recouvrant d’eau et de mousse mélangés. Je l’observait sans dire un mot, elle lui ressemblait tant en un sens et pas du tout dans un autre que je crois bien que j’étais encore plus perdu qu’avant. Etait-ce elle ou ma créatrice qui aurait dû faire réellement partir de ma vie ? La réponse était claire d’un coup, apparaissant comme un flash et je l’avais perdu, probablement à jamais.

F : Je… je peux au moins te faire cela.

Je parlais doucement, oui, je pouvais au moins prendre soin d’elle, vu la façon dont je l’avais utilisé, un peu, non, comme un exutoire à ma souffrance, l’envie de lui faire mal à elle, était retombé sur Aure et ce que j’avais dit à Léna était vrai, je ne pouvais pas imaginer autrement cette étape de ma vie.

Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Sam 30 Juin - 17:20

Nous venions de faire l'amour. Tant de choses avait changé alors que mon esprit avait du mal à suivre la cadence ! Tout d'abord je l'avais transformé pour mon seul plaisir. Après avoir eu peur de moi et de ce qu'il était devenu il avait fuit, tuant un homme, le marquant à jamais. Ensuite l'ayant pourchassé durant des siècles et siècles, il avait dans la tête une autre que moi, ma fille Aurore. Je ne pensais pas que Liam l'avait transformée, il l'avait pourtant promis après ma transformation. Et aujourd'hui voilà que Franck ne supportait pas le fait qu'Aurore le suspecte de l'avoir trompée. Évidement il n'était plus ensemble d'après ses dires mais il aurait tout de même pu choisir une autre personne que Lena ! Celle que je pensais être comme une amie ! Je l'aurais au tournant celle là, comme les autres ! 

F : Désolé, je… je crois que j’ai perdu pied…

A : Tu t'excuses de m'avoir donné ce que j'ai toujours voulu ? Non ne prends pas cette peine. Même si j'ai bien compris que tu ne m'aimes pas, pas plus que n'importe quelle autre fille. Mais je te demande une faveur : j'ai été malheureuse en amour, mon mari, dont je ne t'ai jamais parlé, et puis ensuite toi. Je n'ai jamais eu de sentiments pour d'autres hommes que vous deux, je ne voudrais pas que ma fille passe à côté d'une si belle chose que de t'avoir. Retrouves la, embrasses la et épouses la, fais lui des enfants tant qu'il en est encore tant pour tous les deux et vivez votre vie tout simplement !  

Franck nous transporta dans une salle d'eau proche de la chambre où nous étions depuis le début de notre ébat. S'il ne pouvait sortir du monde où je l'avais mené, il pouvait en revanche créer des scènes dans ce monde là. J'appréciais sa soudaine délicatesse avec moi, alors que j'étais assise sur ses genoux, il fit couler l'eau, prit la peine de vérifier la température (Pourquoi ? Pour elle ?) et ajouta du savon moussant. Une fois la baignoire pleine il m'y déposa doucement, la mousse recouvrant jusqu'à mes seins. 

 F : Je… je peux au moins te faire cela.  

A : Tu ne me dois rien, surtout pas à moi avec tout ce que je t'ai fait !  

La rédemption m'envahissait. Je n'étais plus la même, j'arrivais pas à croire que toutes ces paroles sur Aurore et sur le chemin qu'il devait prendre venaient bien de moi. Pourtant nous n'étions que deux ! 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Ven 6 Juil - 5:25


Choisir une autre que Léna ? Cela n’avait pas été un choix, c’était juste… Non, cela aurait été elle, je le savais bien. J’étais déjà plus proche d’elle et savoir que nous avions failli mourir ensemble devait créer des liens plus fort. Mais je n’en voulais même pas à ma créatrice de penser cela, elle qui avait toujours voulu être la première se retrouvait à la troisième place et ce n’était pas du tout un choix, par contre, une fois dans son bain, je profitais de la laver, je me sentais fautif de lui faire subir cela, elle se ressemblait tant et pourtant, elle était si différente…

A : Tu t'excuses de m'avoir donné ce que j'ai toujours voulu ? Non ne prends pas cette peine. Même si j'ai bien compris que tu ne m'aimes pas, pas plus que n'importe quelle autre fille. Mais je te demande une faveur : j'ai été malheureuse en amour, mon mari, dont je ne t'ai jamais parlé, et puis ensuite toi. Je n'ai jamais eu de sentiments pour d'autres hommes que vous deux, je ne voudrais pas que ma fille passe à côté d'une si belle chose que de t'avoir. Retrouves la, embrasses la et épouses la, fais lui des enfants tant qu'il en est encore tant pour tous les deux et vivez votre vie tout simplement !

Je ne disais rien, cela ne servirait à rien que nous parlions d’elle, je l’avais perdu, je le savais et surtout vu ce qui c’était produit entre nous, plus rien ne pouvait se produire de bon. Je lui disais que je lui devais bien cela et même si sa réponse me faisait sourire doucement, je le pensais vraiment. Nous avions tous perdus du temps, la chance d’être vraiment heureux et…

A : Tu ne me dois rien, surtout pas à moi avec tout ce que je t'ai fait !

F : Je… C’est impossible. Allez, retournons dans le monde réel, j’ai besoin de réfléchir, seul…

Je l’aidais à sortir de la baignoire, l’eau était presque froide maintenant. Je matérialisais des vêtements pour moi, car ils étaient, je ne savais pas trop où et je m’en fichais. Puis, je l’aidais à s’habiller, prenant mon temps. Mes gestes étaient remplis de douceur, contraste étonnant surtout après ce qui c’était produit quelques heures ? Auparavant, mais, je ne voulais pas qu’elle pense que j’étais violent. C’était déjà ce qu’elle devait penser, non pas ma créatrice, mais elle… alors je ne voulais pas que quelqu’un d’autre croit que j’étais ainsi. Je lui prenais la main doucement et l’attirais à mes cotés, déposant un baiser dans son cou. J’étais devenu pitoyable, totalement meurtri de désespoir, mais je savais ce qu’il me restais à faire… J’attendais juste qu’elle veuille bien nous ramener au théâtre, là où tout avait commencé.



Revenir en haut Aller en bas
Aure Taverne
Béta'
Béta'
avatar

Messages : 573
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans les bras de mon amour

Feuille de personnage
Taille et Age (réel et physique) : 1m60 environ _ 736ans _ 24ans
Double Compte: Aurore et Liam
Dons et espèces: Hypnotise tout le monde sans exception/ absorbe les pouvoirs en touchant la personne (peut s'en servir seulement durant le contact)_ vampire

MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Sam 7 Juil - 17:33

L'eau de mon bain était à présent froide mais cela ne faisait rien. Je ne craignais ni le froid ni le chaud. Mais Franck allait aussi mal, ou presque, que lorsque je l'ai vu au théâtre. Il s'excusait de choses dont il n'avait pas à le faire. Ces dernières heures ensemble, me ramenèrent bien plus à la réalité que si nous l'avions été. Il était primordial qu'il fasse le vide en lui, prenne conscience qu'il n'avait fait de mal qu'à lui-même et que si Aurore l'aimait elle lui pardonnerait tout si tenter qu'il y est quelque chose à pardonner ! Oui il avait couché avec Lena (la traitresse) et avec moi (j'avais déjà une réputation de mauvaise fille, je m'en remettrais) mais ils n'étaient alors plus en couple. Alors elle ne pourrait rien lui reprocher. Et qui nous disait, enfin surtout à lui, qu'elle n'avait pas passé le même cap ? Peut-être l'avait-elle oublié l'espace de quelques instants de plaisirs avec un autre homme ! 

 F : Je… C’est impossible. Allez, retournons dans le monde réel, j’ai besoin de réfléchir, seul…

Il était retombé dans la noirceur de son âme. J'avais pourtant bien réussi à le divertir... Mais il repartait dans ses retranchements et il était trop tôt, bien trop tôt pour y changer quoi que ce soit ! Bien que je le lui conseillais, peut-être bien qu'un de ces jours ou un de ces siècles, puisqu'elle était toute aussi immortelle que lui, il la retrouverait et lui demanderait pardon. 

A : Très bien. Rentrons.  

Tendant une serviette de bain, je me relevais de l'eau presque glacée et m'enroulais dedans. Il prit soins de m'essuyer. Puis fit apparaitre des vêtements pour lui. Le touchant encore de par le baiser qu'il fit dans mon cou, je fis apparaitre un jean, un t-shirt simple et des ballerine. Rien de très extravagant pour une fois, je n'étais pas d'humeur. Je savourais pleinement notre dernier baiser sur la bouche. Celui que j'étais en train de lui faire le regardant droit dans les yeux, et le serrant une dernière fois. 

Il s'habillaient, j'en fis de même et lui prenant la main des deux miennes je nous ramenais dans la réalité, derrière un pilier à l'abris des éventuels regards. 

A : Sache qu'une chose : je t'aimerai toujours et serai là comme je ne l'ai jamais été lorsque tu reviendra et que tu auras besoin d'aide.  

Il partit le premier, m'assoyant quelques minutes sur le banc, où nous étions précédemment avant notre départ pour un lieux unique, des larmes coulèrent le long de mon visage sans aucun sanglots. Elles étaient d'autant plis difficiles à contrôler ! 


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   Ven 13 Juil - 15:51


A : Très bien. Rentrons.

Un dernier baiser dans ce lieu, une dernière étreinte et nous étions reparti dans le monde réel, le théâtre, là où nous nous étions revus la première fois et je pressentais que c’était notre dernière fois ici avant longtemps. Elle m’avait étonné, même si je n’avais rien laissé paraitre sur mon visage, concernant ses habits, des vêtements qu’elle n’aurait jamais porté en temps normal… Était-ce le fait que j’avais, oui, que je lui avais donné ce qu’elle désirait depuis tant de siècles ? Je n’en savais rien et n’avais aucune envie de m’attarder dessus. J’avais passé un très bon moment, oui, c’était certain, mais cela ne m’avais aidé que à ce moment-là, maintenant, le passé me revenait en plein visage et son visage à elle était là, devant moi.

A : Sache qu'une chose : je t'aimerai toujours et serai là comme je ne l'ai jamais été lorsque tu reviendras et que tu auras besoin d'aide.

Je ne disais rien, je ne pouvais pas parler, car je sentais cette blessure me détruire de l’intérieur. Oui, je savais qu’elle m’aimait, je l’avais ressenti, mais ce n’était pas de son amour dont j’avais besoin, mais de celui de… Mais c’était trop tard, nous étions arrivés à un point de non-retour et je ne pouvais pas faire autrement. Je caressais son visage une dernière fois et partais, les mains dans les poches, cherchant une cigarette. Une fois dehors, je l’allumais et marchais en direction de l’Académy, ma décision était prise, je devais partir, autrement j’allais devenir fou, de la voir et de ne pas pouvoir la toucher, de voir les marques que je lui aurais laissé, de… Je secouais la tête, finissant ma première cigarette et en entamais une autre.

Je ne mettais pas longtemps à arriver devant la grande porte de l’entrée et levais la tête, regardant ma fenêtre, celle-là même où j’avais pris Léna contre… Léna… Je ne pouvais pas partir comme un voleur non plus et montait rapidement dans ma chambre. Je prenais mon sac et y rangeais mes affaires, enfin ce dont j’aurais besoin pour… pour je ne savais pas où j’irais, mais, quelques vêtements, mes partitions de musiques… même si je savais que je n’en ferais probablement plus et une fois mon sac fermé, je me mettais à écrire. Une lettre pour Léna, mon amie, ma meilleure amie… Celle à qui je pouvais tout dire sans ne rien craindre, celle à qui j’avais laissé un souvenir et dont je ne regrettais pas. Je posais une main sur le rebord de la fenêtre revoyant nos ébats, passionné et me demandais pourquoi je ne pouvais pas être plus qu’un ami-amant pour elle… Tout simplement parce que mon cœur était déjà pris, volé, émietté… Je revenais sur ce qui restait de la table et écrivais une autre lettre, pour elle, pour mon amour… Laissant ce que j’avais de plus précieux pour elle, si je pouvais donner ma vie pour qu’elle oublie tout, pour qu’elle puisse vivre sans jamais avoir entendu parler de moi, je le ferais sans hésiter, mais c’était impossible… Je regardais une autre page blanche, mais je ne pouvais me résoudre à écrire à Aure, nous nous étions tout dit et rien dit et elle garderait ce souvenir dans ce lieu de rêve pour elle… J’envoyais de l’argent à une entreprise de manière à tout faire réparer dans ce qui était ma chambre et prenais mon sac d’une main, les enveloppes d’une autre…

Je refermais la porte derrière moi et avançais d’un pas décidé jusqu’aux boites aux lettres et déposais les deux pour les deux femmes et l’autre dans le courrier à partir… Puis, détournant le regard, sentant une larme couler le long de ma joue, je sortais rapidement, la pluie commençait à tomber, comme à son habitude et je passais les grilles de l’Académy sans me retourner. Je ne savais pas ce qui m’attendais dans l’avenir, je ne savais pas si je reviendrais un jour ici, je ne savais rien, mais j’avançais à une vitesse plus que rapide, laissant derrière moi une simple image flou, afin que personne ne voit les larmes qui ne cessaient de couler sur mon visage…


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le commencement d'un début   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le commencement d'un début
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Academy :: Divers :: Les archives :: Chapitre 2 :: La ville :: Le théâtre-
Sauter vers: